DutchEnglishFrenchGermanItalianJapaneseSpanish
Accueil > Pratique > Inondations : les bons réflexes
inondations de 1910 à Verberie
Inondations : adoptez les bons réflexes

Inondations : les bons réflexes

Que le coupable soit le réchauffement climatique ou non, les inondations sont de plus en plus fréquentes et surtout de plus en plus meurtrières. Elles occasionnent des dégâts considérables et laissent les victimes désemparées. Environ 16000 communes sont concernées par le risque inondation en France.

L’inondation est la conséquence de plusieurs situations : le crues des rivières, la remontée de nappes phréatiques ou les ruissellements urbains.

LES DIFFERENTS TYPES D’INONDATION

L’inondation est la conséquence de plusieurs situations : le crues des rivières, la remontée de nappes phréatiques ou les ruissellements urbains.

les crues des rivières sont dues à une pluviométrie importante, aggravées par la présence d’un tapis neigeux (fonte rapide) exemple janvier 2011 sur l’Oise amont : crue centennale)

Les inondations occasionnent souvent des dégâts considérables et laissent les victimes désemparées. Environ 16 000 communes sont concernées par le risque inondation en France.

Il existe plusieurs types d’inondations : lente, rapide, très rapide

Inondation lente (inondation de plaine)

C’est le débordement d’un cours d’eau ou la remontée de la nappe phréatique qui est à l’origine de la montée des eaux. Les inondations de plaine étant lentes sont rarement meurtrières mais, en raison de leur durée,  elles ont des conséquences lourdes sur les infrastructures, les biens, les activités économiques et environnementales.

1er Cas : En temps normal, la rivière s’écoule dans son lit mineur. Pour les petites crues, l’inondation s’étend dans le lit moyen et submerge les terres bordant la rivière. Lors des grandes crues, la rivière occupe la totalité de son lit majeur.

Inondations : crues de plaine
Débordement d’un cours d’eau

 

2ème cas : Remontée de la  nappe phréatique.  Lorsque le sol est saturé d’eau, la nappe affleure et inonde les terrains bas. La remontée de la nappe phréatique est due à des pluies successives et prolongées saturant les sols et rechargeant les nappes jusqu’à atteindre la surface.

Inondations : nappe phréatique
Remontée de la nappe phréatique

 

 Inondation rapide (inondation torrentielle)

En raison de l’imperméabilité des sols, les eaux de pluie envahissent les points bas transformant les rues en torrents.
La quantité de matériaux charriés par la crue peut détruire bâtiments et infrastructures. Lorsque le débordement du cours d’eau se combine des coulées boueuses, c’est dévastateur.

Des précipitations intenses tombent sur tout un bassin versant, les eaux se concentrent rapidement dans le cours d’eau, d’où des crues brutales et violentes dans les torrents et les rivières torrentielles. Le lit du cours d’eau est en général rapidement colmaté par le dépôt de sédiments et des bois morts peuvent former des barrages, appelés embâcles. Lorsqu’ils viennent à céder, ils libèrent une énorme vague, qui peut être mortelle.

Inondation par crue torrentielle
Inondation par crue torrentielle

 Inondation très rapide (inondation urbaine)

Causée par des épisodes orageux violents sur de petits bassins versants, l’imperméabilisation du sol favorise ce type d’inondation.

En raison de l’imperméabilité des sols, les eaux de pluie envahissent les points bas transformant les rues en torrents. La quantité de matériaux charriés par la crue peut détruire bâtiments et infrastructures.

L’imperméabilisation du sol (bâtiments, voiries, parkings, etc.) limite l’infiltration des pluies et accentue le ruissellement, ce qui occasionne souvent la saturation et le refoulement des réseaux d’assainissement et des eaux pluviales. Il en résulte des écoulements plus ou moins -importants et souvent rapides dans les rues.

 

Inondation par ruissellement
Inondation par ruissellement

 QUE FAIRE EN CAS D’ALERTE

 Limiter les risques en cas d’inondation

Lorsque l’eau monte, plusieurs dangers pour la santé apparaissent. Adopter les bons comportements permet de mieux y faire face.

 

 

Limiter les accidents chez soi
Coupez le gaz, le chauffage, l’électricité pour éviter tout risque d’explosion ou d’électrocution et n’utilisez plus les équipements électriques tels que les ascenseurs. Placez les produits toxiques en hauteur afin de limiter les risques de déversement.
Limiter les risques
Eviter noyade et contusion
Pour éviter tout risque de noyade et de contusion, restez à l’intérieur, si possible à l’étage ou en hauteur. N’évacuez qu’en cas de grand danger. Les secours sauront vous trouver si vous restez chez vous. N’allez pas chercher vos enfants, ils seront pris en charge à la crèche ou à l’école. Ne prenez pas votre voiture, ce n’est pas un abri.   
Noyade
Faire face à l’isolement
Gardez avec vous le matériel nécessaire : réserve d’eau et d’aliments, vêtements chauds et couvertures, radios et lampe de poche équipées de piles, médicaments, papiers importants, doudous des enfants…
S’il y a des personnes âgées ou handicapées dans votre entourage, pensez à prévenir la mairie qui saura faire le nécessaire.
isolement

 

Après l’inondation, réintégrer son domicile

Après une inondation, au-delà du choc psychologique, regagner son domicile peut présenter des risques pour la santé. Avant toute chose, contactez votre mairie pour savoir que faire de retour à la maison.

Accidents
L’eau peut endommager l’habitat (fondations, installations de gaz, de chauffage, d’électricité). Faites appel à des professionnels pour en vérifier l’état avant de rebrancher les installations électriques et le chauffage. Ne rebranchez pas les appareils électriques s’ils sont mouillés.
accidents
Maison insalubre
Après une inondation, la maison n’est plus saine : enlevez l’eau et la boue, nettoyez et désinfectez à l’eau de javel, les murs, les sols, sans oublier les aérations.  N’oubliez pas de porter des gants et des bottes, des produits toxiques ont pu entrer dans votre maison. Chauffez doucement et aérez pendant plusieurs jours. Et si certains murs ou sols restent imbibés d’eau, appelez rapidement votre assureur et les professionnels qui pourront vous aider.
Maison insalubre
Intoxication
Ne buvez pas l’eau du robinet avant d’avoir obtenu l’accord de la mairie. Jetez les aliments restés dans l’eau, dans un réfrigérateur ou un congélateur hors service. Attendez la mise hors d’eau de la fosse septique avant de la faire fonctionner.
intoxication
Choc psychologique
L’inondation de l’habitat est un événement traumatisant lié notamment à la perte d’objets personnels. Il est normal d’être très affecté, n’hésitez pas à avoir recours à votre médecin.
choc psychologique

 

LORSQUE LES INFILTRATIONS SONT IMPORTANTES, IL N’EST MALHEUREUSEMENT PAS CONSEILLÉ DE METTRE EN PLACE UN DISPOSITIF DE POMPAGE DANS LE SOUS-SOL CAR LA POUSSÉE DE L’EAU RÉSULTANT D’UNE DIFFÉRENCE DE NIVEAU DE L’EAU ENTRE L’EXTÉRIEUR DU BÂTIMENT ET L’INTÉRIEUR (DONC DE PRESSION) PEUT SUFFIRE À FAIRE S’EFFONDRER UN MUR.

 

Verberie est concernée par l’inondation lente ou inondation de plaine.

 Un plan de prévention des risques inondations (sigle : « PPRI ») à été mis en place par la préfecture sur la commune. C’est un plan de prévention qui limite en fonction de la hauteur d’eau atteinte en cas de crue, l’occupation des sols et donc la constructibilité des terrains.

Le PPRI est actuellement en cours de révision et la nouvelle version qui prendra en compte les effets de la crue centennale devrait être validée pour la fin de l’année 2016.

Les travaux en cours dans le cadre de cette révision ont déjà produit une carte des aléas des hauteurs d’eau correspondant aux effets de la crue centennale. Le préfet demande de prendre en compte cette carte dès maintenant pour l’attribution des autorisations d’urbanisme.

Les risques d’inondation proviennent des crues de l’Oise et de son affluent l’Automne.

 
historique des principales inondations à Verberie

  • 19 décembre 1993 au 2 janvier 1994 (Arrêté de catastrophe naturelle du 11/01/1994)
  • 17 janvier au 5 février 1995 (Arrêté de catastrophe naturelle du 06/02/ 1995)
  • 5 janvier au 9 avril 2001   (Arrêté de catastrophe naturelle du 27/01/2001)

 Des habitations et quelques entreprises inondées :

  • allée des Soupirs
  • rue de l’Oise
  • rue du Port
  • avenue René Firmin
  • rue des Moulins
  • rue de Verdun
  • route de Compiègne
  • ZI de Verberie (pour partie)

 Lors des inondations de 1993 et 1995 les voiries inondées et interdites à la circulation ont été la rue des Moulins (pour partie) et la rue du port (pour partie). Suite à ces inondations, la commune de Verberie a érigé des digues de protection qui ont considérablement limité les effets des dernières inondations. Cependant, la capacité de ces digues à protéger des quartiers d’habitation dépend de leur hauteur et donc se trouve limitée en fonction de l’importance de la crue. Dans le cas de Verberie, ces quartiers protégés ne le sont pas pour une crue centennale.

La présentation faite lors de la réunion sur le risque inondation du mois de mai 2015 avec les cartes des impacts par rue est consultable ci-dessous :

Réferences :

Risques.meteo-edu : http://www.risques-meteo.ac-versailles.fr/-Inondations-
Inpes (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé) :
http://www.inpes.sante.fr/10000/themes/evenement_climatique/inondation/inondation.asp

Documentation :

Le risque inondation

Le risque inondation
Titre: inondations-01 (0 clic)
Légende: Le risque inondation
Nom du fichier: inondations-01.pdf
Taille: 842 KB

Print Friendly, PDF & Email